nomione-viadeo nomione-twitter nomione-linkedin nomione-google-plus nomione-facebook

Actualités

nomione-828
12 juillet 2016

Interview Lucas Schmitter, Fondateur de la start-up française Ashkeem, plateforme de mise en relation

actu-nomione-128

Askheem est une start-up française qui a créé un outil mettant en relation des personnes ayant besoin d’un service avec celles voulant y répondre et permet aux utilisateurs de vivre l’économie collaborative en réalisant leurs besoins. Rencontre avec l'un de ses associés fondateurs Lucas Schmitter.

 

NomiOne : Quelle est l’idée de départ d’Askheem ?

LS : Avec mes associés, nous avons constaté la disparition  du lien social au profit des échanges numériques. Or, pour nous, l'un ne doit pas chasser l'autre. Voilà pourquoi nous avons décidé de nous appuyer sur ces nouveaux échanges digitaux pour créer une application qui remet le contact humain au cœur du processus. Askheem s'appuie sur le principe très simple de deux personnes qui se rencontrent pour s'aider au quotidien.

 

NomiOne : Comment cela fonctionne ?

Lucas Schmitter : Nous sommes une application globale, basée sur l'économie collaborative et la proximité. Notre plateforme met en relation des personnes en demande de service, que nous nommons "asker", avec d'autres personnes capables de réaliser ce service, qui s'appellent chez nous "askrunner", en contrepartie d'une rétribution. La plateforme est également ouverte aux entreprises qui peuvent se positionner comme "askrunner" voir même comme "asker", mais également réaliser de la publicité géociblée dans leur zone de chalandise.

 

NomiOne : Pourquoi avoir choisi ce positionnement horizontal ?

Lucas Schmitter : Notre volonté de départ est de rester global et simple. Le but est de réunir une communauté d'utilisateurs qui se respectent et s'entraident. Nous ne limitons pas l'offre à un type de service, car l'objectif initial est d'améliorer la qualité de vie de nos utilisateurs. En permettant à ceux qui n'ont pas le temps de réaliser certaines tâches d'obtenir de l'aide et à d'autres d'arrondir leur fin de mois en valorisant un savoir-faire.

 

NomiOne : Quel type d'utilisateurs et de prestations  pensez-vous voir sur Askheem ?

Lucas Schmitter : Cela peut aller de la simple entraide entre voisin, jusqu'à la consommation de services professionnels. Je pense que les demandes vont beaucoup varier en fonction des saisons ou des événements en cours. Pendant l'euro de football ou pendant l'été, je pense que les demandes seront très circonstanciées.

Notre but est de toucher tout le monde. En recréant une vie de quartier dans les grandes villes ou  en apportant des services qui n'existent pas pour l'instant en zone rurale.

 

NomiOne : Où en est Askheem dans son développement ?

Lucas Schmitter : Nous avons récemment bouclé un premier tour de table, qui nous permet de finaliser nos applications et d'avoir un budget alloué pour notre lancement. Une fois lancés, nous allons récupérer nos premières données et retourner voir les fonds avec ces résultats. Nous allons également commencer à nous rémunérer à travers une commission prise sur chaque transaction conclue sur Askheem et par le biais de la publicité géociblée. 

 

NomiOne : Selon vous quel est le potentiel de l'économie collaborative ?

Lucas Schmitter : L'économie collaborative, un peu comme le numérique, ne va pas forcément tout emporter sur son passage et devenir le seul modèle à perdurer. Mais je pense qu'elle va naturellement trouver sa place au milieu des autres canaux. Le numérique a permis l’explosion de l'économie collaborative, mais la demande existait déjà. C'est un phénomène qui va perdurer dans le temps, même s’il a encore besoin d'être régulé. Son stade de développement est trop avancé pour que ce soit simplement un effet de mode.